Besoin d'une information ?

RECHERCHEZ LE CONTENU QUI VOUS INTÉRESSE :
Logo Le Mans UniversitéLogo Le Mans Université
Covid-19 Covid-19 Covid-19
Rechercher

ENSIM fait vibrer les ingénieurs au rythme des projets

ENSIM fait vibrer les ingénieurs au rythme des projets

ENSIM fait vibrer les ingénieurs au rythme des projets

Par Ouest-France Communication


Créée en 1995, l’ENSIM, l’École Nationale Supérieure des Ingénieurs du Mans, forme des ingénieurs dans deux spécialités : informatique d’une part, vibrations, acoustique et capteurs d’autre part. Travaux pratiques et projets sont au cœur de la formation. Savoir travailler en équipe, une clé pour trouver un emploi après.

Dans un cursus à l'Ensim, 15% de la formation est dédiée aux projets, soit près d e300h. Une expérience appréciée des entreprise. | Crédit Marion Billou

 

Seule école en France à délivrer le titre d’ingénieur en vibrations, acoustique, capteurs, l’ENSIM se distingue aussi en informatique. « Ces deux domaines d’enseignement ne sont pas déconnectés l’un de l’autre. Les élèves ont un tronc commun en sciences humaines et sociales, sur la culture et l’organisation des entreprises, en anglais et sur des matières scientifiques, notamment en sciences de l’ingénieur », explique Jean-François Tassin. Les étudiants admis ont le choix entre les deux spécialités proposées par l’établissement. Roxane Le Tensorer, étudiante en 5e année, a choisi l’option Interaction Personnes Systèmes. « L’ENSIM était mon premier choix car ici, la spécialité informatique est centrée sur l’humain. On nous demande de comprendre l’utilisateur pour répondre à ses besoins. Ce n’est pas que de la technique pure », témoigne l’étudiante.

En acoustique, l’alternance est possible

Autre particularité de l’établissement, la formation en vibrations, acoustique, capteurs est proposée en alternance. Chaque année, l’école recrute 25 élèves qui partagent leur temps entre l’école et l’entreprise. « Les entreprises nous font confiance. Certaines recrutent chaque année des apprentis de nos formations, voire en prennent plusieurs apprentis d’une même promotion », détaille le directeur. Répartis sur toute la France, les recruteurs sont aussi bien de grosses entreprises comme PSA, Airbus, Renault ou EDF, que de tout petits cabinets d’acoustique.

 

Travail en équipe et ouverture sur l’extérieur

Avec une pédagogie fortement tournée vers le projet, l’école d’ingénieurs du Mans forme les étudiants au travail d’équipe. « Chaque élève a déjà dans son cursus 300 heures de projets soit 15 % du temps total de la formation », décrypte le directeur. Les stages en entreprises font aussi partie intégrante du cycle ingénieur. En plus des 6 mois obligatoires en dernière année, les étudiants peuvent effectuer un stage ouvrier d’un mois et un autre de niveau technicien d’une durée 2 mois. « Nous demandons également à nos étudiants de justifier d’une expérience dans un pays étranger. Ils acquièrent ainsi une certaine ouverture à la société » ajoute Jean-François Tassin.

 

70 % des diplômés trouvent un emploi dans les 2 mois


L’entraide entre étudiants, que facilite le travail en mode projet, contribue à leur employabilité. | LE MANS UNIVERSITÉ

Avec un taux d’échec extrêmement faible et un taux d’insertion élevé (60 à 70 % des diplômés trouvent un emploi dans les 2 mois), l’ENSIM affiche de belles performances. « Cela est certes dû à la sélection à l’entrée et aux entretiens de motivation, mais aussi à nos méthodes. Nous travaillons avec des petits groupes de travaux pratiques et de projets. Chaque élève est suivi de près avec des tuteurs à disposition, mais je retiens surtout la forte entraide qui s’est installée entre les élèves», souligne le directeur. « L’ENSIM a un recrutement plus large que certaines autres écoles d’ingénieurs. Les bagages et connaissances très différentes de chacun facilitent les échanges et l’entraide dans nos domaines de prédilection », explique Roxane Le Tensorer.

 

Les ingénieuses bienvenues !

Côté mixité, l’établissement compte 23 % de filles et compte bien faire grimper ce taux. L’école a ainsi fait concourir une équipe d’élèves au challenge national Ingénieuses 2020. Celle-ci a obtenu le prix de l’école la plus engagée dans ce domaine. D’autres actions devraient voir le jour comme la rencontre avec des publics de collégiennes et lycéennes pour leur faire découvrir les sciences.

 

Dossiers et concours pour intégrer la prépa

Composées de deux cycles, les formations proposées à l’ENSIM s’intègrent sur sélection. Au niveau du cycle préparatoire, c’est via le concours post-bac Geipi Polytech que s’effectue le recrutement. « Les élèves de terminale postulent entre janvier et mars sur Parcoursup. L'organisation du concours étudie ensuite leur dossier et les notes obtenues. Ceux qui sont excellents passent un oral de motivation et les autres passent un écrit. En fonction de cela, un classement est établi et les élèves peuvent postuler aux 35 écoles en France qui recrutent», détaille Jean-François Tassin, directeur de l’établissement. Pour près 20 000 candidats au concours, 3 500 places étaient ouvertes.

 

Les différentes voies d’entrées

Pour intégrer le cycle ingénieur, plusieurs voies s’ouvrent aux étudiants. Ceux qui valident leurs deux années de cycle préparatoire entrent directement en cycle ingénieur. Ils représentent environ 40 % des effectifs. Une sélection complémentaire, sur dossier, existe pour les élèves sortant des classes préparatoires TSI ou titulaires d’un bac +2 ou 3. L’ENSIM recrute également des étudiants issus des classes préparatoires par le concours ATS et le concours e3a-Polytech. L’ENSIM, qui accueille un peu plus de 400 étudiants, ouvre aussi les frontières puisqu’un recrutement à l’international, notamment sur le continent africain, permet à une dizaine de jeunes d’intégrer l’école chaque année.

 

Source : Ouest-France Communication
Retrouvez notre dossier complet

Partagez : FacebookTwitterLinkedInMailImprimez