• PDF

Histoires de famillesUn Diplôme Universitaire en histoire et généalogie familiale à distance

 

 

Depuis quelques années, avec la numérisation massive des archives, la généalogie a le vent en poupe. Pour certains amateurs il s’agit d’un passe-temps, pour d’autres d’une activité culturelle ou mémorielle ou encore d’une activité économique, notamment dans le cas de la généalogie successorale (en lien avec les notaires).


En 2015, l’Université du Maine a ouvert un Diplôme Universitaire en Histoire et Généalogie Familiale. La particularité ? Seulement deux D.U proposent la spécialité en France et celui de l’Université du Maine est le seul à être dispensé intégralement à distance via une plateforme de e-learning.

 

 

Les publics

Des profils d’âge et d’horizons très variés : des étudiants (après l’obtention d’une Licence en histoire, géographie ou droit), des personnes en reprise d’études ou en reconversion professionnelle (salariés, demandeurs d’emplois) ou encore retraitées.

 « Il existe très peu de formation en généalogie. L’enseignement à distance permet de s’adapter aux besoins des salariés en activité professionnelle mais aussi d’accueillir au sein de la formation des personnes de la France entière et même de l’étranger. » précise Ghislain Baury, historien médiéviste et responsable du D.U

Les enseignements théoriques et pratiques sont conçus par des historiens, des généalogistes professionnels et des spécialistes (héraldiste, archiviste, architecte, géographe, …) et permettent aux étudiants de connaître les ressources archivistiques, lire et traduire des documents anciens, écrire une histoire familiale ou celle d’une propriété, cartographier l’information généalogique, … Un mémoire de recherche est à rédiger par les étudiants autour de la généalogie d’une famille.



Et après ?

In fine, l’objectif de la formation est de fournir un socle solide de compétences pour réaliser des travaux de généalogie familiale dans un cadre privé, associatif ou professionnel.


Promotion 2015-2016 : les étudiants témoignent

« Cette formation m’a permis d’éclaircir mon histoire familiale. Je la recommande à tous ceux qui souhaitent extraire le passé de l’ombre. »  Isabelle Brossaud, psychologue clinicienne et généalogiste familiale.

« La formation m’a permis de perfectionner mes connaissances en généalogie et dans les autres disciplines qui s’y rattachent (héraldique, généalogie foncière, cartographie). » Guillaume Chaix, généalogiste professionnel 


« Cette formation permet de donner au métier de généalogiste familiale une authentique reconnaissance universitaire. » Stérenn Mathieu, généalogiste familiale

Inscriptions du 2 mai au 6 juin 2017

Chiffres clés

10 600 étudiants sur 2 sites : Le Mans et Laval

2 900 diplômes délivrés/an

15 laboratoires de recherche

3 Facultés, 2 IUT et 1 Ecole d'ingénieurs (ENSIM)

640 enseignants et enseignants-chercheurs

280 doctorants