Besoin d'une information ?

RECHERCHEZ LE CONTENU QUI VOUS INTÉRESSE :
Logo Le Mans UniversitéLogo Le Mans Université
Portail Covid-19Portail Covid-19Portail Covid-19
Rechercher

De l’université à l’emploi, les chemins sont nombreux

De l’université à l’emploi, les chemins sont nombreux

Un accompagnement personnalisé

1

Par Ouest-France Communication


Pour faciliter l’accès à l’emploi des étudiants de ses deux campus, Le Mans Université dispose d’un véritable atout avec le SUIO-IP, qui est plus qu’un service d’orientation.

Moins de 30 mois après leur sortie de l’université, 90 % des étudiants ayant va­lidé leur licence professionnelle ou leur master sont insérés dans la vie profes­sionnelle. Des chiffres qui témoignent autant de la qualité de l’enseignement que de l’accompagnement reçu par les étudiants au Service universitaire d’infor­mation, d’orientation et d’insertion pro­fessionnelle (SUIO-IP). Cette structure placée au coeur du campus est animée par quatorze personnes. Une équipe qui fait tout pour « donner les bons codes avant que les étudiants ne posent le pied en entreprise, expliquent Rachel Pommier et Lise Huberson, respecti­vement directrice et directrice ajointe. On commence par leur donner des ou­tils pour bien profiter de leurs stages en entreprises. Des moments qui sont aussi des périodes de formation. »

Pour faciliter l’insertion profession­nelle des étudiants, le SUIO-IP organise des ateliers pour apprendre à rédiger un CV, écrire une lettre de motivation ou bien préparer un entretien. « L’objectif : mettre en valeur ses compétences et sortir de l’entretien en ayant compris les attendus du stage. » Cela permet de se montrer plus réactif, plus auto­nome… Des compétences attendues dans un monde qui bouge vite.

@SUIO-IP

Pour définir les besoins de chacun, un premier contact est réalisé avec une psychologue de l’Éducation nationale. Ensuite ? « On s’adapte à chacun. Nos services vont de la simple orientation documentaire à l’entretien individuel ou en atelier », poursuivent les respon­sables.

La personnalisation du suivi est ren­forcée auprès de celles et ceux qui peinent à trouver leur place à l’univer­sité et cherchent alors à se réorien­ter.

« L’idée est qu’ils ne perdent pas confiance en eux. Nous les écoutons et les soutenons pour qu’ils trouvent un nouveau départ. »

Des ateliers de ré­orientation sont régulièrement mis en place. Depuis la rentrée 2021, Le Mans Université propose à une vingtaine d’étudiants de valider le diplôme uni­versitaire Accompagnement et orien­tation : une formation où l’on travaille son projet professionnel pour repartir du bon pied.

Enfin, les équipes du SUIO-IP, avec le soutien de la région Pays de la Loire, organisent des salons, comme Réseau Stage en novembre ou Job d’été en mars, et des job dating avec Monjob.etu en juin. Des moments très attendus par tous. Cette année, 200 offres de stages et plus de 200 offres d’emplois étudiants ont été proposées. Enfin, les « mardis de l’emploi » permettent aussi de rappro­cher les acteurs locaux en quête de com­pétences avec les étudiants.

 

Découvrez le Service universitaire d’infor­mation, d’orientation et d’insertion pro­fessionnelle (SUIO-IP)

 

Source : Ouest-France Communication
Retrouvez notre dossier complet

Choisir, chercher et trouver le bon stage

Par Ouest-France Communication


Même en étant un excellent étudiant en mécanique, trouver un stage pour vali­der un diplôme peut s’avérer complexe. Étudiant en master 2 Mécanique et Vi­brations de Le Mans Université, Youssef Gharbi en a fait l’expérience.

Avec l’aide du SUIO-IP, Youssef Gharbi a pu trouver plus qu’un stage. Il a trouvé LE stage qui correspondait à ses ambitions professionnelles.

 

À 22 ans, avec déjà deux licences en mécanique en poche, l’une acquise en Tunisie, l’autre en équivalence à l’Uni­versité Grenoble Alpes, ce passionné souhaite réaliser son master en alter­nance au Cnam de Lyon. La condition : trouver une entreprise. Par prudence, il s’inscrit aussi au master de Le Mans Université. Il s’en félicite aujourd’hui. Car, même dans les secteurs toujours en quête de compétences pointues, tels l’automobile, le ferroviaire ou le nu­cléaire, la crise sanitaire est venue jouer les trouble-fêtes.

Conscient qu’il doit trouver un stage pour valider son diplôme à Le Mans Université, il sollicite l’aide du SUIO-IP dès son entrée. Une révélation : « Au fond, je n’avais aucune idée de ce qu’il fallait faire pour trouver un stage. Mon CV, par exemple, était plein d’infos inu­tiles… »

Avec les équipes du SUIO-IP, il apprend très vite les clés pour rédiger un CV et une lettre de motivation efficace. Il reçoit également des conseils pour s’expri­mer au mieux lors des entretiens. Mais ce que Youssef Gharbi a le plus appré­cié dans l’aide du SUIO-IP, c’est « d’être guidé dans la recherche d’entreprises, trouver les bons sites et recevoir des astuces pour trouver l’entreprise répondant vraiment à mes souhaits… »

Alors même s’il a trouvé le stage rêvé, Youssef Gharbi compte bien retourner au SUIO-IP pour bénéficier de ses ser­vices, notamment la collecte d’informa­tion sur LinkedIn. Objectif : préparer sa carrière !

 

Source : Ouest-France Communication
Retrouvez notre dossier complet

Étudiante et entrepreneuse

Par Ouest-France Communication


Nadia Fisher, une étudiante prête à construire son propre emploi.

 

Nadia Fischer n’aime pas les frontières. Celle qui passe la moitié de son temps en Allemagne ne se fixe pas de limites entre ses études et son goût pour l’en­trepreneuriat. À seulement vingt ans, cette étudiante en 3e année de Licence Professionnelle Métiers du commerce international est déjà en piste pour devenir cheffe d’entreprise. Son idée : monter un atelier de stylisme et de créa­tion de vêtements à personnaliser selon la morphologie des clients.

Trois ans plus tôt, Nadia Fisher se cherchait, hésitait sur son avenir pro­fessionnel. Rien que de très normal à la sortie du lycée. Un passage au Service universitaire d’information, d’orientation et d’insertion professionnelle lui permet de trouver sa voie dans l’import-export. Arrive aussi l’idée de monter sa propre entreprise. « Je sais qu’il est difficile de gérer en même temps un projet d’en­treprise et des études », confie-t-elle.

Le SUIO-IP lui propose alors d’obtenir le statut d’étudiante-entrepreneuse et d’intégrer le programme Pépite, qui lui permet de bénéficier d’un tutorat pour mener à bien son projet et le tester. L’occasion de découvrir les arcanes de la création d’entreprise : identification du marché, construction d’un business plan, recherche de financements

 

Source : Ouest-France Communication
Retrouvez notre dossier complet

Apprendre à être l'avocat de soi-même

Par Ouest-France Communication


« Dans mon cursus, l’insertion profes­sionnelle est une matière en soi. Mais je voulais aller plus vite, pour postuler le plus tôt possible à un stage en entre­prise… » Le cursus de Taleb Sidoumou ? Un master de Droit des assurances à Le Mans Université, réputée sur cette ma­tière variée, évolutive… et riche de dé­bouchés professionnels.

Pour gagner du temps, Taleb Sidou­mou prend rendez-vous avec le SUIO-IP. Le premier entretien lui apporte d’entrée « une aide décisive », au-delà de ses espérances. Sa conseillère relit avec lui son CV et sa lettre de motivation. « Elle m’a montré tout ce qui n’allait pas, ce qui était en trop ou trop descriptif. Elle m’a permis d’être plus précis, de valori­ser les informations qui intéressent les recruteurs, à commencer par les quali­tés rédactionnelles que l’on développe en licence de droit. »

Au final, sa lettre de motivation, mieux formulée, mieux structurée, lui per­met de décrocher deux entretiens dans deux cabinets d’avocats parisiens. Pour décrocher son stage, Taleb Sidoumou veut préparer au mieux ces rendez-vous décisifs. Au SUIO-IP, il profite de sessions de simulations d’entretiens. L’occasion d’avoir des conseils sur les réponses à apporter aux questions susceptibles de lui être posées, sur la gestuelle et même sur la tenue à adopter…

Résultat : Taleb commence son stage le 1er avril prochain. Il lui reste à choisir dans quel cabinet d’avocats il va… Car les deux l’ont accepté !

Ravi de cet accompagnement concret et efficace, Taleb Sidoumou ne tarit pas d’éloges sur le SUIO-IP. « J’ai même profité de leurs conseils pour améliorer mon LinkedIn ». Beaucoup plus confiant, Taleb attend de ce stage de savoir quelle route professionnelle il prendra. Celle du courtage ou celle du barreau ?

 

Source : Ouest-France Communication
Retrouvez notre dossier complet

Partagez : FacebookTwitterLinkedInMailImprimez