Besoin d'une information ?

RECHERCHEZ LE CONTENU QUI VOUS INTÉRESSE :
Logo Le Mans UniversitéLogo Le Mans Université
Covid-19 Covid-19 Covid-19
Rechercher

Le Mans Université lutte contre l’échec en première année de droit, gestion, économie

Le Mans Université lutte contre l’échec en première année de droit, gestion, économie

Le Mans Université lutte contre l’échec en première année de droit, gestion, économie

Par Ouest-France Communication


Les candidats à la Faculté de Droit, Sciences économiques et de gestion sont nombreux. Et, la première année est un cap parfois difficile à franchir. À Le Mans Université de nombreux dispositifs sont mis en place pour favoriser la réussite, en adaptant notamment les modalités pédagogiques aux profils très diversifiés des étudiants.

 
Près de 2000 étudiants suivent un des cursus de la Faculté de Droit, Sciences économiques et de gestion de Le Mans Université.
| Crédit Marion Billou

 

Au Mans, 2 000 étudiants suivent l’un des cursus de la Faculté de Droit, Sciences économiques et de gestion. Au niveau du premier cycle, qui correspond au diplôme de la licence, les effectifs se partagent entre le parcours droit traditionnel et le parcours économie et gestion au sein duquel existent des dispositifs sélectifs. Ceux-ci sont constitués d’un parcours classe préparatoire aux grandes écoles et d’une double licence économie et mathématiques.

 

Prendre en compte l’hétérogénéité des niveaux

Mais ce n’est pas destiné à tout le monde. Beaucoup s’inscrivent pour suivre un cursus classique. Pour Arnaud Chéron, doyen de la Faculté Droit, Sciences économiques et de gestion de Le Mans Université, force est de constater que parfois « le taux d’échec en première année est substantiel, car l’entrée à l’université n’est pas sélective sur la majorité des filières et certains étudiants font ce choix par défaut ». Pour autant, pas question de laisser tomber les étudiants. La faculté a mis en place des dispositifs d’accompagnement «qui diffèrent selon les filières et les motivations des étudiants », insiste Arnaud Chéron. En droit, « où l’université a le monopole de la formation », les étudiants peuvent bénéficier, s’ils le souhaitent, d’heures de renforcements méthodologiques et d’approfondissement des concepts en première année.

 

Une première année en 2 ans et des cours complémentaires

En économie et gestion, où le public est plus hétérogène, avec de nombreuses formations disponibles, un autre dispositif d’accompagnement a été pensé dans le cadre de la loi ORE (Orientation et Réussite de l’Étudiant). « Nous proposons aux étudiants les plus en difficulté de réaliser leur première année de licence en 2 ans, précise Arnaud Chéron. Ils peuvent ainsi acquérir plus progressivement les différents modules d’enseignement et les compétences demandées. Ce dispositif allège un peu leur cursus pour qu’ils aient le temps de bien approfondir les concepts». Une soixantaine d’étudiants bénéficie de ce dispositif. Un effectif modeste qui permet aux enseignants de mieux suivre chacun. Les étudiants sont aussi invités à suivre des cours complémentaires en expression française et en mathématiques qui sont dispensés à Le Mans Université. « Cette remédiation permet à un plus grand nombre d’étudiants de valider leur première année », insiste Arnaud Chéron.

 

Repérage sur Parcoursup et passerelles

L’objectif de tous les dispositifs : permettre aux étudiants de ne pas perdre un an. | LE MANS UNIVERSITÉ

 

Les étudiants orientés vers les dispositifs sont détectés dès l’entrée en fac, grâce à l’étude des dossiers Parcoursup, des notes en première et terminale. « Ces dossiers nous donnent une bonne visibilité sur les capacités des étudiants à suivre le cursus classique ou à préférer un cursus progressif avec un renforcement », ajoute le doyen.Et pour ceux qui malgré tout échoueraient, Le Mans Université travaille sur des passerelles, afin que l’année ne soit pas perdue. La faculté a notamment noué des partenariats pour faciliter les réorientations vers des BTS par exemple, nombreux dans le domaine de l’économie et de la gestion.

 

L’Assurance, une spécialité forte

Or la Faculté de Droit, Sciences économique et de gestion de Le Mans Université dispose de vrais atouts. Parmi eux, des enseignants-chercheurs hautement qualifiés et reconnus. Ce qui facilite les passerelles vers les masters de toutes les autres universités. Du moins pour les étudiants qui cherchent d’autres spécialités que celles proposées au Mans, dont le pôle assurance, en fort développement, attire aussi bien en droit qu’en gestion de nombreux étudiants.Les points forts de Le Mans université sont aussi les formations proposées en comptabilité, contrôle, audit et économie sociale et solidaire. L’université a fait partie des premières facultés françaises à proposer ces cursus.

 

L’alternance, c’est possible

Certains de ces masters peuvent être suivis en alternance. C’est notamment le cas en éco-gestion où, en actuariat et banque, finance, assurance, une cinquantaine d’étudiants ont signé des contrats d’alternance. « Il y a une véritable demande des étudiants qui sont très intéressés par ce type de formation, notamment au niveau master, souligne Arnaud Chéron, doyen de la Faculté Droit, Sciences économiques et de gestion du Mans. Nous envisageons donc de développer l’alternance en gestion dès la rentrée prochaine ». À noter qu’en droit, l’alternance est déjà proposée au niveau de la licence. Quinze étudiants suivent la licence professionnelle de droit, spécialisée dans le domaine de l’assurance.

 

Source : Ouest-France Communication
Retrouvez notre dossier complet

Partagez : FacebookTwitterLinkedInMailImprimez