Besoin d'une information ?

RECHERCHEZ LE CONTENU QUI VOUS INTÉRESSE :
Logo Le Mans UniversitéLogo Le Mans Université
CoronavirusCoronavirusCoronavirus
Rechercher

13 novembre 2020

Colloque : la loi Belloubet du 23 mars 2019, quelle simplification de la justice ?

Lieu : Faculté de Droit, Sciences économiques & de gestion - Amphi Mercure

Colloque : la loi Belloubet du 23 mars 2019, quelle simplification de la justice ?

La volonté de simplifier s’est imposée comme l’un des objectifs majeurs du législateur depuis plusieurs années, au soutien de nombreuses réformes en droit des obligations, en droit des affaires ou en droit du travail notamment. L’organisation de la justice n’y fait pas exception.
La simplification est présentée par le gouvernement comme l’argument déterminant à l’appui de la présentation de la loi de programmation 2018-2022 relative à la réforme de la justice, promulguée le 23 mars 2019, dont l’étude est au cœur de ce colloque.


Comme souvent, la simplification présente deux facettes :

  • D’une part, formelle, qui s’accompagne d’un souci de modernisation et d’amélioration de la lisibilité des textes (suppression de dispositions désuètes, terminologie…)
  • D’autre part, substantielle, qui se traduit par une réorganisation fonctionnelle des services de justice, accompagnée d’une modification des procédures offertes aux justiciables. Si le premier effort de simplification est louable, c’est davantage le second aspect qui prête à questionnement et interroge sur les réalités qui se cachent derrière cette volonté de rationalisation du fonctionnement de la justice et d’accélération des procédures.

Mutualisation, accélération, dématérialisation sont-elles sources de simplification au service du jus-ticiable ?
C’est pour tenter de mesurer les effets de cette réforme majeure que les organisateurs de ce colloque ont invité des intervenants confrontés à la mise en œuvre de cette réforme, tant universitaires  que praticiens, pour partager leurs réflexions. Tout  au long de la journée, seront tour à tour envisagés  les principaux changements en matière civile et pénale, conduisant à analyser la nouvelle organisation juridictionnelle et les nouvelles modalités procédurales qui s’imposent aux justiciables.

 

Organisé par :

  • Didier CHOLET, Maître de conférences en Droit privé
  • Sandrine DRAPIER, Maître de conférences en Droit privé
  • Karine GREVAIN-LEMERCIER, Maître de conférences en Droit privé

 

9h - 17h30
Faculté de Droit, Sciences économiques & de gestion - Amphi Mercure

Partagez : FacebookTwitterLinkedInMailImprimez