Besoin d'une information ?

RECHERCHEZ LE CONTENU QUI VOUS INTÉRESSE :
Logo Le Mans UniversitéLogo Le Mans Université
ActualitésActualitésActualités
Nous recrutonsNous recrutonsNous recrutons
Rechercher

Parcoursup - Démenti

Parcoursup - Démenti

Parcoursup

Démenti de Rachid El Guerjouma, Président de Le Mans Université

 

Sur un blog privé dénommé « observatoire de la sélection universitaire », Le Mans Université est présentée, de manière mensongère comme mettant en œuvre parcours sup, de manière zélée, dans le but de sélectionner les étudiants.


Pour alimenter sa démonstration, le site en question se base sur une présentation faite par la direction de l’UFR Sciences de parcours sup et notamment de l’outil d’aide à la décision intégré à Parcours sup. Cette présentation qui n’avait aucun caractère officiel, faite dans le cadre de la commission pédagogique de l’UFR, qui est un lieu de discussion et aucunement de décision, avait pour seul et unique but d’informer les membres de la commission du fonctionnement effectif de la plateforme dans le cadre d’une restitution d’une formation nationale.


Aussi, contrairement à ce qui est rapporté sur ce site, aucune consigne, aucune directive et encore moins aucun « ordre » n’a été donné à aucun enseignant pour mettre en oeuvre Parcours sup dans le but de sélectionner les étudiants.


La direction de l’UFR Sciences et celle de l’université tiennent à apporter le démenti le plus formel à ces allégations mensongères.


La présidence de Le Mans Université s’engage comme elle l’a toujours dit à accueillir tous les étudiants qui souhaitent intégrer notre établissement y compris dans les filières dites sous tension.


La direction de l’Université tient par ailleurs à préciser comme cela a été clairement mentionné dans une motion votée en CA de l’université à son initiative que « le calendrier précipité de la réforme ne permet pas de mettre en place les dispositifs d’accompagnement des lycéen.nes et des étudiant.e.s qu’appellerait l’ambition partagée d’une meilleure orientation et réussite […] Il ne donne pas le temps aux équipes pédagogiques des universités de proposer les parcours aménagés destinés à favoriser la réussite des étudiant.es dans leur projet de formation. Il ne permet pas la nécessaire concertation au sein des établissements sur les modalités de mise en place de la réforme. Par ailleurs, Le financement du Plan étudiants et de la prise en charge de l’augmentation du nombre de bachelier.es n’est absolument pas à la hauteur des moyens qu’il nécessite. Il ne répond en rien aux besoins, alors que les moyens financiers et humains actuels des universités sont déjà insuffisants. »


« La réforme en cours crée des attentes légitimes auprès des bachelier.es et de leurs familles. Sous prétexte de « davantage de justice » pour les étudiantes et étudiants, elle risque d’instaurer, si les moyens ne sont pas au rendez-vous, une sélection de fait dès lors que les capacités globales des établissements ne correspondraient pas aux flux des nouveaux/elles bachelier.es, additionnés aux redoublant.es et étudiant.es en réorientation. La suppression, pour une partie des bacheliers, du critère de lieu d’habitation pour l’affectation dans un établissement et les stratégies de sélection qu’annoncent déjà certains établissements, risquent de produire des déséquilibres massifs dans la répartition des étudiant.es entre universités et de contribuer à la mise en place d’un système à deux vitesses parmi les universités, déjà engagé par les différents financements des PIA, doublée de l’éviction de nombreux/ses bachelier.es par un processus de surenchère des critères de sélection des dossiers. »


« Ces tendances ne répondent en rien aux missions d’un service public d’enseignement et de recherche offrant à tou.tes, sur tout le territoire, les mêmes conditions d’études et les mêmes chances de réussite.


L’université publique française est fondée sur l’accès de droit à tout titulaire du bac, sur des frais d’inscription contenus et fixés nationalement, sur l’égalité entre établissements et sur le cadrage national des diplômes.


Tous ces principes sont remis en cause par le projet de loi et par la mise en place de Parcoursup sans moyens à hauteur des besoins. »


Malgré le manque de moyen et le contexte budgétaire difficile de l’ESR, Le Mans Université mettra tout en oeuvre pour accueillir dans les meilleures conditions les étudiants qui feront le choix de s’inscrire dans notre établissement et mettra également tout en oeuvre pour les accompagner vers la réussite.

Partagez : FacebookTwitterGoogle PlusLinkedInMailImprimez